Deux mois après le Débarquement du 6 juin 1944, la Bataille de Normandie fait toujours rage. Près de 2 millions de soldats s’opposent dans des combats très difficiles. À partir de début août 1944, les évènements s’accélèrent subitement avec l’effondrement et la fuite des armées allemandes. La Libération est proche et se jouera dans l’enfer de la Bataille de la Poche de Falaise-Chambois

La Poche de Falaise-Chambois: le début de la fin

Opérations Totalize et Tractable : Objectif Falaise ! 

Le 6 août 1944, la tentative ratée de contre-offensive ordonnée par Hitler dans le sud de la Manche (opération Lüttich), offre une opportunité inespérée pour les troupes alliées d’encercler et piéger l’armée du Reich en déroute. C’est alors une course contre la montre qui démarre pour le 2e Corps canadien. Dès le 7 août, il s’élance de Caen, fraîchement libérée, vers Falaise. En face, 3 divisions allemandes dont la tristement célèbre 12e SS Hitlerjugend opposent une farouche résistance.  

Il faudra 10 jours aux soldats alliés, anglo-canadiens et polonais, pour parcourir les 40 km séparant Caen et Falaise. 

Falaise, ville libérée ! 

Libération de Falaise

Les Alliés pénètrent dans Falaise le 16 août 1944. Objectif stratégique bombardé dès le 6 juin 1944, de nombreux décombres obstruent les rues de la ville. Parmi les ruines, une poignée de soldats de la 12e SS Hitlerjugend se sont retranchés dans un vain espoir de ralentir la progression des troupes alliées. Tandis que la 1ere DB polonaise bifurque vers l’est, le gros des troupes canadiennes poursuit sa progression vers Trun après avoir dégagé les principaux axes de la ville. 3 bataillons canadiens sont chargés de “nettoyer” Falaise des dernières poches de résistance nazies : le Queen’s own Cameron Highlander of Canada, le South Saskatchewan Régiment, et les Fusiliers Mont-Royal, appuyés par le Sherbrooke Fusilier Régiment et ses 24 chars sherman.   

La résistance allemande prend fin avec l’assaut de l’École Supérieure de Jeunes Filles dans laquelle s’étaient retranchés les derniers SS.

Le 17 août 1944, l’heure de la Libération de Falaise sonne enfin. La population durement touchée, célèbre ses libérateurs. Abrités dans l’église de la Trinité, près de 300 civils auront miraculeusement échappé au pire après que le bâtiment ait été pris pour cible par des tirs d’artillerie dans la nuit du 16 au 17 août.   

La Poche de Falaise-Chambois : l’ultime bataille 

Lancée le 7 août, la  manœuvre d’encerclement des soldats allemands entame sa phase finale entre le 16 et le 18 août 1944. Américains et Français (2e DB du Général Leclerc) par le sud, Polonais par le nord, canadiens et britanniques par l’Est. Au plus fort, l’anéantissement menace 3 armées allemandes. Harcelés jour et nuit par l’aviation et l’artillerie, les Allemands peinent à se réorganiser.

Le 19 août les troupes alliées réalisent leur jonction et ferment la Poche de Falaise-Chambois. Commencent alors les combats les plus terribles de la Bataille de Normandie. 100 000 Allemands tentent de s’échapper du piège en passant par la côte 262 défendue par la 1ere DB Polonaise. Les troupes polonaises subissent de nombreux assauts durant 2 jours de combats acharnés. Parfois au corps à corps faute de munitions. Elles doivent faire face aux assauts des fuyards ; mais aussi à ceux des renforts ayant réussi à sortir de la Poche. Le 21 août 1944, la Poche se referme. Cette fermeture sonne la fin de la Bataille de Normandie et la libération de la Région.  

mémorial de montormel

Implanté au cœur de la poche de Falaise-Chambois, le Mémorial de Montormel propose une plongée inoubliable dans l’enfer de cette ultime bataille. Sa découverte constitue une expérience émotionnelle et pédagogique d’une rare portée.

La Bataille de la Poche de Falaise-Chambois : un bilan difficile 

Le bilan et humain de la Bataille de la Poche de Falaise-Chambois est effroyable. Si 50 000 Allemands ont finalement réussi à s’échapper, 40 000 ont été faits prisonniers et plus de 12 000 tués. Côté Alliés, les pertes sont estimées à environ 2 000 hommes mis hors de combat. Le paysage est indescriptible ; aux morts humains s’ajoutent 10 000 cadavres de chevaux ainsi que des milliers de carcasses métalliques de véhicules et des équipements abandonnés. L’horreur est telle que les habitants se trouvant à plusieurs dizaines de kilomètres souffrent des odeurs et des nuées de mouches attirées par les corps en décomposition.

Dans l’urgence, de grandes fosses sont creusées et comblées au bulldozer par les enchevêtrements de chair et de métal sans distinction. Après guerre, le secteur est divisé en concessions cédées à des ferrailleurs qui débarrassent progressivement le pays des stigmates métalliques de la Bataille. Les quantités sont telles que la dernière ne fermera qu’au début des années 2000.

Sur un plan purement stratégique, la Poche de Falaise-Chambois marque le début de la fin pour l’armée allemande qui ne se remettra jamais vraiment de cet épisode. Totalement désorganisées les troupes du IIIe Reich ne seront en mesure d’opposer de nouveau une réelle résistance qu’une fois passée la frontière belge. Ainsi, s’il fallut près de 3 mois aux Alliés pour libérer la Normandie, quelques jours seulement leur auront suffi pour atteindre la Belgique le 2 septembre.

mémorial de falaise

Les civils, après avoir subi l’Occupation pendant plusieurs années, doivent désormais se remettre et tout reconstruire après les combats de l’été 1944.
Le Mémorial de Falaise, ouvert en 2016, évoque comme rarement le sort de ces civils en temps de guerre.